la Cgt chez carrefour Market

la Cgt chez carrefour Market

Manif contre l'austérité 15 novembre 2014


manif contre l'austérité 15 novembre 2014
manif contre l'austérité 15 novembre 2014 :

Le collectif Alternative à l'austérité (3A) composé de partis politiques, de syndicats et d'associations appelle à manifester le 15 novembre à Paris pour "dire non au budget d'austérité du gouvernement Valls et réclamer qu'il soit rejeté".

"Ceux qui gouvernent n'ont aucune idée de ce que l'austérité fait subir comme galère", a déclaré lors d'une conférence de presse de présentation de la manifestation Willy Pelletier, de la fondation Copernic, qui dénonce "une nouvelle noblesse d'Etat qui foule du pied ce pour quoi elle a été élue".
"A partir du moment où l'Assemblée nationale n'a pas été capable de bloquer la politique du gouvernement, c'est au peuple de le faire", a renchérit Eric Coquerel du Parti de gauche, "il faut une mobilisation très forte pour faire en sorte de faire dérailler la locomotive de Manuel Valls".

L'appel à manifester a été signé notamment par le parti de gauche (PG), le PCF, le NPA, Nouvelle Donne, Ensemble, Gauche unitaire, plusieurs membres d'EELV, des responsables d'associations féministes, de lutte contre le chômage, des syndicalistes de la CGT, Solidaires, FO, FSU....
Cet appel se fait dans la lignée de 
la manifestation contre l'austérité du 12 avril qui avait réuni plusieurs milliers de personnes à Paris.
"C'est la contestation du peuple de gauche qui pense que ce gouvernement fait une politique de droite", selon Olivier Besancenot du nouveau parti anticapitaliste (NPA).
"C'est une vraie bagarre politique qu'on souhaite mener jusqu'au bout, c'est-à-dire faire tomber le budget", a-t-il ajouté estimant que "la vraie fronde aura lieu dans la rue". 
"Dans ce moment de crise, il n'y a pas de solution s'il n'y a pas de mobilisation populaire", a renchéri Clémentine Autain pour Ensemble, composante du Front de gauche, déplorant l'absence de couverture médiatique pour annoncer la manifestation.
"Nous sommes nombreux à avoir honte qu'un gouvernement mène au nom de la gauche une politique qui rende plus difficile la vie à un très grand nombre de gens. Le budget doit tomber, le gouvernement doit cesser", a-t-elle dit.
"Ce gouvernement nous amène droit dans la crise et dans un face-à-face entre la droite et le FN", selon Jérôme Gleizes, qui fait partie de "la dizaine" de signataires d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV).


manif contre l'austérité 15 novembre 2014
manif contre l'austérité 15 novembre 2014 :

Le collectif Alternative à l'austérité (3A) composé de partis politiques, de syndicats et d'associations appelle à manifester le 15 novembre à Paris pour "dire non au budget d'austérité du gouvernement Valls et réclamer qu'il soit rejeté".

"Ceux qui gouvernent n'ont aucune idée de ce que l'austérité fait subir comme galère", a déclaré lors d'une conférence de presse de présentation de la manifestation Willy Pelletier, de la fondation Copernic, qui dénonce "une nouvelle noblesse d'Etat qui foule du pied ce pour quoi elle a été élue".
"A partir du moment où l'Assemblée nationale n'a pas été capable de bloquer la politique du gouvernement, c'est au peuple de le faire", a renchérit Eric Coquerel du Parti de gauche, "il faut une mobilisation très forte pour faire en sorte de faire dérailler la locomotive de Manuel Valls".

L'appel à manifester a été signé notamment par le parti de gauche (PG), le PCF, le NPA, Nouvelle Donne, Ensemble, Gauche unitaire, plusieurs membres d'EELV, des responsables d'associations féministes, de lutte contre le chômage, des syndicalistes de la CGT, Solidaires, FO, FSU....
Cet appel se fait dans la lignée de 
la manifestation contre l'austérité du 12 avril qui avait réuni plusieurs milliers de personnes à Paris.
"C'est la contestation du peuple de gauche qui pense que ce gouvernement fait une politique de droite", selon Olivier Besancenot du nouveau parti anticapitaliste (NPA).
"C'est une vraie bagarre politique qu'on souhaite mener jusqu'au bout, c'est-à-dire faire tomber le budget", a-t-il ajouté estimant que "la vraie fronde aura lieu dans la rue". 
"Dans ce moment de crise, il n'y a pas de solution s'il n'y a pas de mobilisation populaire", a renchéri Clémentine Autain pour Ensemble, composante du Front de gauche, déplorant l'absence de couverture médiatique pour annoncer la manifestation.
"Nous sommes nombreux à avoir honte qu'un gouvernement mène au nom de la gauche une politique qui rende plus difficile la vie à un très grand nombre de gens. Le budget doit tomber, le gouvernement doit cesser", a-t-elle dit.
"Ce gouvernement nous amène droit dans la crise et dans un face-à-face entre la droite et le FN", selon Jérôme Gleizes, qui fait partie de "la dizaine" de signataires d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV).


Manif contre l'austérité 15 novembre 2014
Manif contre l'austérité 15 novembre 2014 :

Le collectif Alternative à l'austérité (3A) composé de partis politiques, de syndicats et d'associations appelle à manifester le 15 novembre à Paris pour "dire non au budget d'austérité du gouvernement Valls et réclamer qu'il soit rejeté".

"Ceux qui gouvernent n'ont aucune idée de ce que l'austérité fait subir comme galère", a déclaré lors d'une conférence de presse de présentation de la manifestation Willy Pelletier, de la fondation Copernic, qui dénonce "une nouvelle noblesse d'Etat qui foule du pied ce pour quoi elle a été élue".
"A partir du moment où l'Assemblée nationale n'a pas été capable de bloquer la politique du gouvernement, c'est au peuple de le faire", a renchérit Eric Coquerel du Parti de gauche, "il faut une mobilisation très forte pour faire en sorte de faire dérailler la locomotive de Manuel Valls".

L'appel à manifester a été signé notamment par le parti de gauche (PG), le PCF, le NPA, Nouvelle Donne, Ensemble, Gauche unitaire, plusieurs membres d'EELV, des responsables d'associations féministes, de lutte contre le chômage, des syndicalistes de la CGT, Solidaires, FO, FSU....
Cet appel se fait dans la lignée de 
la manifestation contre l'austérité du 12 avril qui avait réuni plusieurs milliers de personnes à Paris.
"C'est la contestation du peuple de gauche qui pense que ce gouvernement fait une politique de droite", selon Olivier Besancenot du nouveau parti anticapitaliste (NPA).
"C'est une vraie bagarre politique qu'on souhaite mener jusqu'au bout, c'est-à-dire faire tomber le budget", a-t-il ajouté estimant que "la vraie fronde aura lieu dans la rue". 
"Dans ce moment de crise, il n'y a pas de solution s'il n'y a pas de mobilisation populaire", a renchéri Clémentine Autain pour Ensemble, composante du Front de gauche, déplorant l'absence de couverture médiatique pour annoncer la manifestation.
"Nous sommes nombreux à avoir honte qu'un gouvernement mène au nom de la gauche une politique qui rende plus difficile la vie à un très grand nombre de gens. Le budget doit tomber, le gouvernement doit cesser", a-t-elle dit.
"Ce gouvernement nous amène droit dans la crise et dans un face-à-face entre la droite et le FN", selon Jérôme Gleizes, qui fait partie de "la dizaine" de signataires d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV).


manif contre l'austérité 15 novembre 2014
manif contre l'austérité 15 novembre 2014

manif contre l'austérité 15 novembre 2014
manif contre l'austérité 15 novembre 2014

manif contre l'austérité 15 novembre 2014
manif contre l'austérité 15 novembre 2014

manif contre l'austérité
manif contre l'austérité